Pourquoi le Senegal?

Un cadre juridique et institutionnel adapté aux PPP

Le Sénégal qui avait déjà un cadre juridique adapté aux PPP (loi n° 2004-13 du 1er mars 2004 relative aux contrats C.E.T) a décidé de se doter d’un nouveau texte de loi. Il s’agit de la loi n° 2014-09 du 20 février 2014 relative aux contrats de partenariat qui étend la portée et le champ d’application des PPP en intégrant de nouveaux secteurs tels que l’agriculture, l’éducation et la santé et favorise ainsi des mesures d’incitation visant à rendre le climat plus propice aux investissements privés. Cette nouvelle législation offre aussi un cadre réglementaire sûr et adapté aux offres spontanées (unsolicited Proposals).

Le Sénégal, deuxième économie de la Zone UEMOA

Fort de sa position géostratégique unique, le Sénégal est, en termes de PIB, la deuxième économie de la zone UEMOA (8 pays ayant en commun le Franc CFA) et dispose également d’un environnement juridique harmonisé (OHADA) avec une inflation annuelle de 1,1%. Avec 700 km de côte, une température comprise entre 20 ° C – 30°C et 300 jours d’ensoleillement par an, le Sénégal, dont la capitale Dakar constitue une plate-forme régionale pour l’Afrique de l’Ouest, fait partie du marché commun de l’UEMOA et de la CEDEAO, totalisant plus de 320 millions d’habitants. A l’horizon 2018, le Sénégal s’attend à un taux de progression de 7%.

Une gouvernance démocratique caractérisée par des Institutions solides et un faible niveau de risque

Sur le plan politique, le Sénégal est souvent cité en exemple de stabilité politique avec des institutions solides, deux alternances démocratiques au pouvoir (2000 et 2012) et un faible niveau de risque, se classant à la première position en Afrique de l’Ouest, selon Standard & Poors B+ /B.

Pays de la Téranga (hospitalité en langue Wolof), le Sénégal possède un environnement des affaires favorable qui sera davantage soutenu grâce à un ambitieux programme d’amélioration du climat des affaires faisant l’objet d’un suivi personnel de la part de Son Excellence Monsieur le Président de la République Macky SALL. L’efficacité de la gestion et le suivi des réformes mises en place ont contribué à la transformation de l’administration sénégalaise qui a enclenché un ambitieux programme de dématérialisation de ses procédures.

Le Sénégal est cité parmi les pays au monde ayant le mieux amélioré son climat des affaires au cours des 10 dernières années. Il est le 10ème pays le plus compétitif en Afrique (Rapport compétitif mondial, Davos 2013) et se situe au Top 10 des pays d’Afrique pour la bonne gouvernance et la démocratie (indice Mo Ibrahim).

Au dernier classement du Doing Business (édition 2015), le Sénégal a gagné 10 places par rapport à son classement de 2014 et rejoint le Top 5 mondial des meilleurs pays réformateurs.

  • Des infrastructures modernes

Le Sénégal s’est doté d’un réseau moderne et performant de routes principales et secondaires, de ponts et échangeurs de dernière génération dont une bonne partie a été réalisée au moyen de Partenariats Public Privé.

Dans le domaine portuaire, il a engagé un ambitieux programme de modernisation du Port Autonome de Dakar qui fonctionne en continu et permet des gains de temps considérables dans les opérations avec la dématérialisation des procédures de dédouanement et de déclaration ainsi que la mise en place de terminaux à conteneurs flambant neuf.

La Zone économique spéciale intégrée (ZESI), prévue non loin du site du nouvel Aéroport International Blaise DIAGNE, aura la capacité d’offrir une infrastructure et des services intégrés aux entreprises. Ce nouvel aéroport international (AIBD), avec une capacité annuelle de 3 millions de passagers, est actuellement en phase finale de construction. Des vols quotidiens relieront Dakar aux grandes capitales mondiales.

Le Sénégal se positionne ainsi comme un hub régional. Le transport multimodal avec la bonne intégration de la route, du rail et du transport maritime présente une excellente occasion d’améliorer la compétitivité des entreprises, notamment dans la réduction du temps de manipulation et le stockage des marchandises pour l’import-export.

Le pays est doté d’infrastructures de télécommunications couvrant l’intégralité de son territoire, d’un réseau de 6000 km de fibre optique avec 12,4 Go de bande passante Internet. La 3G est déjà présente sur l’ensemble du territoire et la 4G est en phase de test. Le Câble ACE de 17000 kilomètres dispose d’un point d’atterrissage à Dakar.

Au Sénégal, les Opportunités d’investissement sont donc majeures dans les secteurs de croissance tels que : l’agriculture, la pêche, le tourisme, les mines, l’énergie, l’éducation, la santé et le logement. Le pays dispose, en outre, d’un potentiel en ressources humaines professionnellement bien formées, d’une main-d’œuvre qualifiée ainsi que d’une population majoritairement jeune.